NON AUX ACHATS D'ANIMAUX-CADEAUX

Laissez les alpagas au Pérou, en France il y a ce qu'on appelle des chèvres...
Laissez les alpagas au Pérou, en France il y a ce qu'on appelle des chèvres...

A l’approche des fêtes de fin d’années et de la période d’achat des cadeaux de Noël, la Spa de Sarrebourg ne peut que rappeler à l’ensemble de nos visiteurs qu’il ne faut JAMAIS céder à l’impulsion d’ACHAT d’un ETRE VIVANT. C’est même pour nous une antilogie !!

 

 

Et pourtant les manifestions diverses et variées tendent à nous pousser à la faute. La preuve en est ce rassemblement de vendeurs - qu’ils soient professionnels ou non – lors d’un week-end de septembre ensoleillé où Patrick Brauer, le directeur du refuge, n’a pu que constaté la mise en vente de divers chiots, LOF ou non, des N.A.C. et même les alpagas…

Quel effarement face aux prix pratiqués !! 1000€ pour un chiot !! Quand la SPA ne demande qu’un don de 250€… Des panneaux de vente sur lesquels on peut lire ‘animaux vivants’ et ‘bazar’ doivent pourtant vous interpeler !!

Nous ne voulons pas récupérer ces animaux à l’approche des vacances ou même dès que l’animal devient adulte et s’affirme en tant que tel, posant des problèmes dans une famille mal informée qui ne sait pas comment réagir.

 

Combien de fois faudra-t-il le répéter : un chiot ou un chaton grandissent et prennent de la place (pas simplement en volume mais aussi dans notre cœur) et ont besoin que l’on s’occupe d’eux.

A bon entendeur…

Ne cautionnez pas ce type de manifestation, passez votre chemin...

LA SPA DE SARREBOURG APPORTE SON SOUTIEN A L’OABA

DE LA SOUFFRANCE DES ANIMAUX...

À LA TROMPERIE DES CONSOMMATEURS

Le mot du Président

 

Le 10 novembre prochain, L’Œuvre d’Assistance aux Bêtes d’Abattoirs, La Fondation Brigitte Bardot, la Protection Mondiale des Animaux de Ferme, la Confédération Nationale des SPA de France, Le Conseil National de la Protection Animale, la Fondation Assistance aux Animaux, la Société Nationale pour la Défense des Animaux et l’Association Stéphane Lamart dévoileront, à l’Assemblée Nationale, la première campagne d’information sur la réalité de l’abattage rituel.

A cette occasion et en présence des présidents des organisations de protection animale, le Député Lionnel Luca présentera une proposition de loi «visant à limiter la production de viande provenant d’animaux abattus sans étourdissement aux strictes nécessités prévues par la réglementation européenne».

 

Par leur action unitaire, les organisations de défense des animaux veulent à la fois dénoncer la cruauté de l’abattage sans étourdissement et le détournement de la législation (européenne et nationale) puisque, d’une part, la dérogation prévue dans le cadre strict de l’abattage rituel devient la règle générale dans de nombreux abattoirs français et, d’autre part, les consommateurs non informés de ces pratiques mangent sans le savoir et surtout sans le vouloir de la viande provenant d’égorgements pratiqués sans étourdissement.

http://www.oaba.fr/

les affiches interdites
Halal_Casher.pdf
Document Adobe Acrobat 256.0 KB

Moselle: près de 200 moutons abattus illégalement pour l'Aïd al-Adha Le 17/11/2010 à 14:47

 

Près de 200 moutons ont été abattus illégalement dans une exploitation de Moselle pour la fête musulmane de l'Aïd al-Adha, conduisant les gendarmes à arrêter l'exploitant, a-t-on appris mercredi auprès des services vétérinaires du département.

"Nous avons découvert les restes de 198 animaux. C'est un minimum car c'est une exploitation très étendue où règne un très grand désordre", a expliqué à l'AFP le directeur des Services de protection des populations de Moselle, Dominique Bemer.

Des renforts de gendarmerie en outre été appelés pour contenir l'hostilité des exploitants de cette ferme, située à Pontoy, face aux forces de l'ordre lors de l'interpellation. Les animaux ont été abattus mardi lors de la première journée de l'Aïd, a précisé M. Bemer.

"Les animaux étaient égorgés à même le sol, dans des +box d'abattage+ faits de bottes de paille", a-t-il dit, soulignant que "certains animaux avaient les oreilles coupées de manière à empêcher toute traçabilité".

Les exploitants pourraient être poursuivis pour sévices graves et actes de cruauté envers les animaux.

Pour l'Aïd al-Adha, la fête du sacrifice qui dure jusqu'à jeudi, les musulmans immolent une bête pour marquer le souvenir d'Abraham qui s'apprêtait à immoler son fils Ismaïl pour obéir à Dieu quand l'archange Gabriel lui a proposé de sacrifier un mouton à sa place.

 © 2010 AFP 

MERCREDI 10 NOVEMBRE 2010

Abattage rituel: Bardot et sept organisations pour la cause animale montent au créneau

Face à "une généralisation de l'abattage rituel" et "au mutisme des pouvoirs publics" sur le sujet, huit organisations pour la protection de la cause animale sont montées au créneau mercredi, Brigitte Bardot et sa fondation en tête, pour dénoncer "la cruauté de l'abattage sans étourdissement préalable", et "la tromperie" qui peut en résulter envers les consommateurs. Les huit organisations concernées, dont la Fédération des SPA de France et la Fondation Brigitte Bardot, dénoncent avant tout l'interdiction de leur campagne de publicité commune par l'Autorité de régulation professionnelle de la publicité (ARPP).

 Les deux visuels prévus pour illustrer cette campagne ont été retoqués le 8 novembre dernier par l'ARPP considérant qu'ils étaient de nature à "ridiculiser ou choquer" les adeptes des rites concernés.

 Contacté mercredi par l'AP, l'autorité régulatrice de la publicité restait injoignable.

 "On peut afficher, sur tous les murs de France 'fièrement Halal' mais il nous est interdit d'informer le consommateur sur ce qu'est réellement l'abattage rituel sans subir la censure", a expliqué mercredi Brigitte Bardot à l'Associated Press

L'ancienne actrice estime par ailleurs que "le gouvernement veille à maintenir le consommateur dans l'ignorance car plus de 60% de la viande issue de ces abattages barbares se retrouve dans l'assiette de ces consommateurs à leur insu".

Les huit associations invoquent par exemple le fait que certains animaux abattus subissent des agonies allant jusqu'à 14 minutes.

 Si en France et dans l'Union européenne la dérogation concernant l'abattage rituel (juif et musulman) reste une exception, elle tend, selon les défenseurs de la cause animale, à devenir une règle, pour des motifs économiques.

 Au final, jusqu'à 60% de la viande "halal" et 70% de celle issue du rite israélite (casher) finissent dans le circuit traditionnel, et ce, à l'insu des consommateurs, assurent les défenseurs des animaux.

 Le sujet pourrait avoir une suite législative, le député UMP de l'Aube Nicolas Dhuicq ayant annoncé mardi un dépôt de loi imminent "visant à améliorer l'information du consommateur quant au mode d'abattage des animaux". AP

 PUBLIÉ PAR MARSLEG

Lettre ouverte en avril 2010
abattage-rituel-bardot-a-sarkozy-2010.pd
Document Adobe Acrobat 1.2 MB

Le sujet n'est pourtant pas nouveau !!

Quel atroce immobilisme...

 

déjà en octobre 2009 on pouvait lire ça

et aussi :

Lettre de Brigitte Bardot en octobre 2010
bardot-sarkozy-president-abattage-rituel
Document Adobe Acrobat 569.1 KB